BPCO

BPCO

Comprendre

La bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) est une maladie respiratoire chronique causée par une inflammation des bronches. Peu connue, elle concerne pourtant environ 23 millions de personnes en Europe. Si elle n’est pas soignée, la BPCO évolue progressivement jusqu’à l’insuffisance respiratoire chronique.

Cette pathologie touche les bronches dont le calibre rétrécit petit à petit. Parallèlement, les bronchioles et les alvéoles des poumons se rigidifient jusqu’à la destruction des parois de ces dernières. L’échange d’oxygène et de gaz carbonique ne peut plus se faire correctement.

BPCO

Symptômes

La BPCO reste longtemps silencieuse et les premiers symptômes n’apparaissent que tardivement. Il est important d’y être attentif afin que la maladie soit diagnostiquée le plus précocement possible. La « toux du fumeur » n’est pas une conséquence normale du tabagisme, mais bien un signe d’alerte. Voici les principaux symptômes de la BPCO :

  • Toux accompagnée de crachats le matin
  • Bronchite chronique
  • Essoufflement (d’abord à l’effort puis même au repos)
  • Infections broncho-pulmonaires

Facteurs Aggravants

La consommation de tabac est le facteur numéro un de la BPCO : il est la cause de cette maladie pour 80 % des patients. Mais on recense d’autres facteurs favorisants, tels que :

  • Le tabagisme passif
  • La consommation de cannabis
  • La pollution de l’air
  • Les infections pulmonaires
  • Une variation génétique
BPCO

Diagnostic

Dans un premier temps, le médecin interroge le patient pour identifier les symptômes et connaître ses habitudes. Il peut notamment évaluer son niveau d’essoufflement. Mais l’examen indispensable au diagnostic de la BPCO est la mesure du souffle, réalisée grâce à la spirométrie. Elle s’impose pour tous les patients à risque avant même l’apparition des premiers symptômes. Si une BPCO est diagnostiquée, une pléthysmographie peut ensuite permettre d’évaluer son niveau de gravité. Ces examens peuvent être complétés par une radiographie pulmonaire ainsi qu’un bilan sanguin. Afin de surveiller l’évolution de la maladie, le spécialiste effectue régulièrement la mesure des gaz du sang.

Indications

La première étape du traitement de la BPCO consiste à éliminer les facteurs aggravants du quotidien du patient. Les malades doivent donc cesser toute consommation de tabac ou de cannabis si c’était leur cas. Pour ceux exposés aux polluants professionnels, il leur est fortement conseillé de changer de poste de travail. L’inhalation de bronchodilatateurs permet, comme leur nom l’indique, de dilater les bronches et de faciliter le passage de l’air. Pour les cas les plus avancés, l’oxygénothérapie permet de compenser les défaillances de la respiration. Lors d’épisodes d’exacerbation de la BPCO, l’hospitalisation s’impose et la ventilation non invasive peut s’avérer utile.