Apnée du sommeil

Apnée du sommeil

Comprendre

Le syndrome d’apnées-hypopnées obstructives du sommeil (SAHOS) concerne 4 % des hommes et 2 % des femmes. Il se traduit par des interruptions ou des réductions de la respiration normale pendant la nuit, au moins cinq fois par heure. Ce phénomène est causé par une limitation du passage de l’air au niveau des voies aériennes supérieures.

Les répercussions de ce syndrome sur la qualité du sommeil sont importantes. Les personnes touchées souffrent de somnolence diurne, d’une perte de concentration. Pour cette raison, l’apnée du sommeil favorise la survenue d’accidents de la route et d’accidents sur le lieu de travail. Sur le long terme, le SAHOS augmente la probabilité de maladies cardiaques.

apnée du sommeil

Symptômes

  • Somnolence
  • Fatigue dès le lever
  • Maux de tête au réveil
  • Trouble de la sexualité
  • Irritabilité, trouble de la concentration
  • Dépression, manque d’énergie
  • Ronflements
  • Apnées (observées par le partenaire)
  • Agitation, sueurs nocturnes
  • Transpiration nocturne
  • Réveils fréquents, sensation d’étouffement
  • Nycturie, (se lever plusieurs fois dans la nuit pour uriner)

Facteurs Aggravants

Les facteurs aggravants ne sont pas les causes directes du syndrome d’apnée du sommeil. Ce sont des habitudes quotidiennes qui favorisent le SAHOS.

  • La prise d’alcool
  • La prise de médicaments, d’anxiolytiques
  • Le tabagisme
  • La prise de poids
  • Une position dorsale d’endormissement
  • L’âge (30 % des plus de 65 ans sont touchés par le SAHOS)

Pour limiter ces facteurs aggravants, il est important d’en prendre conscience et d’identifier ceux qui vous concernent. Seul un changement de rythme de vie pourra les limiter.

hypopnée

Diagnostic

La première étape du diagnostic repose sur une consultation médicale effectuée par un spécialiste du sommeil. Le médecin interroge alors le patient sur ses troubles nocturnes. Il évalue le niveau de somnolence diurne du patient, notamment grâce au questionnaire d’Epworth. Si le SAHOS est suspecté, la seconde étape du diagnostic repose sur un bilan du sommeil.

Le spécialiste analyse les données ventilatoires nocturnes du patient grâce à la polygraphie. Il constate les troubles en scorant les apnées, les hypopnées, les limitations de débit et le ronflement. Grâce aux données de désaturation d’oxygène, le médecin mesure la corrélation entre les événements respiratoires et les échanges gazeux.

En plus des évènements respiratoires relevés par la polygraphie, le spécialiste peut réaliser une polysomnographie. Celle-ci lui permet d’analyser les données de structure du sommeil du patient grâce à un hypnogramme. Il est ainsi possible de scorer avec une grande précision les différents stades de sommeil et de noter les micro-éveils causés par les troubles du sommeil.

Indications

Il est important de prendre en charge les apnées du sommeil, car le traitement améliore considérablement la qualité de vie des patients. L’application de mesures hygiéno-diététiques constitue une première étape importante. Le traitement par pression positive PPC/CPAP reste le traitement de référence. D’autres solutions comme l’orthèse d’avancée mandibulaire (OAM), le stimulateur lingual ou la chirurgie, peuvent être prescrites en cas d’échec de la PPC/CPAP.